16 Déc

17 décembre: Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux travailleur·se·s du sexe – Le Fonds Parapluie Rouge commémore et regarde vers l’avenir!

Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux travailleur·se·s du sexe
Le Fonds Parapluie Rouge commémore et regarde vers l’avenir

La Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux travailleur·se·s du sexe a été créée en 2003 par la Dre Annie Sprinkle, avec l’appui des militant·e·s des droits des travailleur·se·s du sexe, dont Robyn Few, pour commémorer et rendre hommage aux victimes du tueur de Green River à Seattle, dans l’État de Washington, aux États-Unis d’Amérique. En ce jour particulier, nous profitons de l’occasion pour nous réunir, nous mobiliser contre la stigmatisation et la discrimination qui alimentent la violence, et nous rappeler de nos collègues qui sont ou qui ont été victimes de celle-ci. Nous utilisons également ce jour pour réfléchir un instant sur l’état du monde et les progrès que nous avons réalisés.

En tant que mécanisme de financement participatif, le Fonds Parapluie Rouge a été lancé en 2012 à travers une prise de conscience du fait que trop peu de financement est accordé aux organisations et aux réseaux dirigés par des travailleur·se·s du sexe et que ce financement répond souvent aux priorités des donateurs plutôt qu’à celles des travailleur·se·s du sexe. Huit ans après la création du Fonds Parapluie Rouge, ces défis subsistent.

En 2017, moins de 1 % de toutes les ressources financières en faveur des droits de l’homme a été versé aux travailleur·se·s du sexe. En outre, un récent examen réalisé par le Sex Work Donor Collaborative (Collaboration des donateurs pour le travail du sexe) a fait ressortir que seulement un tiers des subventions accordées aux travailleur·se·s du sexe « a été classé dans un poste qualifié de « Soutien général », ce qui indique que peu de fondations investissent dans la durabilité de ces organisations ». Dans son dernier rapport, Aidsfonds a indiqué qu’ « en 2018, les travailleur·se·s du sexe comptaient pour 6 % de la totalité des nouvelles infections à VIH dans le monde. [..] Et pourtant, les programmes en faveur des travailleur·se·s du sexe ne sont financés qu’à hauteur de 0,6 % de l’ensemble des dépenses liées au VIH ».

En 2020, en raison de la pandémie mondiale, beaucoup d’entre nous avons perdu nos revenus et avons été confronté·e·s à une multitude de défis. Nous avons également souvent été ouvertement tenu·e·s à l’écart des mesures sociales et économiques mises en place pour soutenir les travailleur·se·s, ainsi que des décisions qui ont une incidence sur notre vie.

Cette année, les mouvements des travailleur·se·s du sexe se sont également accrus et renforcés, et ces derniers se sont rapidement organisés pour répondre à ce nouveau contexte. Tout comme l’a fait le Fonds Parapluie Rouge.

  • Au Fonds Parapluie Rouge, nous avons publié un message de solidarité en mars qui comportait une liste des initiatives prises par les travailleur·se·s du sexe pour faire face à la crise de la COVID-19, une liste des bailleurs de fonds d’urgence et une liste non exhaustive des ressources nécessaires pour les travailleur·se·s du sexe.

  • Lors de la Journée des fiertés des travailleur·se·s du sexe (le 14 septembre), nous avons également publié notre nouveau plan stratégique, qui va orienter notre travail jusqu’en 2025. Pour en améliorer l’accessibilité, ce plan stratégique a également été publié en français, en russe et en espagnol.

  • Grâce à l’appui de nos donateurs et de notre organisation hôte, Mama Cash, nous avons été en mesure de réaliser un cycle de subventions, entièrement en ligne. Nous avons reçu 222 demandes de financement venant de 63 pays, soit 47 demandes de plus qu’en 2019.

  • Nous avons participé à la campagne Counting Sex Workers In ! (Inclure aussi les travailleur·se·s du sexe !) qui visait à remettre en question les façons dont le travail du sexe est le plus souvent perçu, sous l’angle étroit du jugement moral, et à souligner plutôt l’intégrité corporelle et les droits des travailleur·se·s, en particulier dans les cercles « féministes ».

  • Nous avons continué à élaborer des stratégies avec la Sex Worker Donor Collaborative en vue de faire augmenter le montant et la qualité des financements destinés au soutien des droits des travailleur·se·s du sexe.

Le Fonds Parapluie Rouge contribue à la promotion d’un mouvement des droits des travailleur·se·s du sexe fort, diversifié et plus durable. Plusieurs de nos bénéficiaires ont choisi d’utiliser l’appui qu’ils reçoivent du Fonds Parapluie Rouge pour faire face à la violence dans toutes les régions du monde, en menant des activités de formation pour la police, en formant les travailleur·se·s du sexe à la sûreté et la sécurité, en organisant des formations para-juridiques et en fournissant des services d’aide juridique. Le 25 novembre, notre bénéficiaire Plataforma Latinoamericana de Personas que Ejercen Trabajo Sexual (PLAPERTS) a lancé une campagne visant à faire face aux violences auxquelles sont confrontés les travailleur·se·s du sexe, perpétrées par des acteurs étatiques.

Nous continuons d’aspirer à vivre dans un monde où les droits des travailleur·se·s du sexe sont respectés, où nous sommes respecté·e·s en tant qu’êtres humains et travailleur·se·s, afin que tous soient capables de mener une existence d’où sont exclues la criminalisation, la stigmatisation et la violence.

Pour y parvenir, les bailleurs de fonds joueront un rôle crucial. Comme le nombre de bailleurs de fonds intéressés à fournir des subventions participatives et à provoquer un transfert de pouvoir augmente, nous les encourageons à soutenir notre travail et notre expérience en tant que premier et seul fonds au monde guidé par et pour les travailleur·se·s du sexe.

La subvention participative est à la fois une éthique et un processus de changement de pouvoir en matière de prises de décision (qui comprend notamment les stratégies et les critères sous-tendant ces décisions) envers les communautés desservies. Depuis sa création, le Fonds Parapluie Rouge est reconnu comme un modèle créatif de subventions participatives, les travailleur·se·s du sexe constituant la majorité des membres de son Comité directeur international, de son Comité consultatif pour les programmes et de son personnel de Secrétariat. Comme la subvention participative ne se limite pas à un changement de pouvoir et comprend également l’obligation de s’assurer que des décisions appropriées en matière de subventions soient prises, nous continuerons de promouvoir les systèmes que nous avons développés (et de les perfectionner), comme cela a été indiqué dans le Guide de Grantcraft intitulé Décider ensemble : le transfert de prérogatives et de ressources par des subventions participatives.

Nous souhaitons rendre le Fonds Parapluie Rouge plus accessible, plus performant et mieux doté en ressources au cours des cinq prochaines années.

#shiftthepower

Kay Thi & Tara (coprésidentes du Comité directeur international du Fonds Parapluie Rouge) et Paul-Gilbert (coordinateur)

Si vous souhaitez soutenir le travail du Fonds Parapluie Rouge, cliquez sur cette page Web (qui a également été créée en 2020 !) ou mettez-vous en rapport avec nous.